Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - La fabrique des prescriptions en matière de comportements « éco-responsables »

La fabrique des prescriptions en matière de comportements « éco-responsables »

Partager
Sous la Direction de Katharina Niemeyer et Jean-Baptiste Comby. En partenariat avec les étudiants de Masters 2 études politiques & médias, langages et sociétés et dans le cadre de l’enseignement méthodologique « Débats médiatiques et mise en forme des problèmes publics », neuf étudiant-e-s des Masters « Médias, langages et sociétés » et « Etudes politiques » ont mené une monographie de l’agence d’information « Graines de changement » qui représente une acteur central de la production des normes de comportement en matière « d’éco-citoyenneté ».

Expérimentant une double-entrée sociologique et sémiologique, cette monographie a permis de mettre à l’épreuve d’un terrain empirique les discours parfois enchanteurs sur la pluridisciplinarité en sciences sociales des médias et de la communication. Six entretiens approfondis d’une durée moyenne d’1h30 ont ainsi été intégralement retranscrits et passés au crible d’une analyse verticale puis transversale. Parallèlement, des grilles d’objectivation des discours visuels et textuels ont été élaborées afin de systématiser l’examen sémiologique des sites « grainesdechangement.com » et « mescoursespourlaplanète.com ».

Icône PDF Quelques résultats de l'enquête disponibles dans ce document disponible.pdf.

Ce document est une présentation faite auprès des salariées de l’agence en contrepartie de leur temps et de leur confiance. Réalisée dans un esprit de « recherche-action » et donc orientée en fonction de préconisations pratiques, elle permet toutefois de percevoir la complémentarité des deux approches. Ainsi, les contradictions discursives pointées par l’analyse sémiologique trouvent leurs explications, comme en atteste le travail sociologique, d’une part dans les contradictions propres à la plupart des salariées de cette entreprise et d’autre part dans leurs logiques organisationnelles et les rapports de pouvoir entre-elles. Précisons également que cette étude s’inscrit dans un cadre officiel plus large puisqu’elle amorce une partie du projet de recherche « Les ressorts sociaux de la conversion écologique » (https://sites.google.com/site/projetrsce/home). Cette recherche à laquelle participe Jean-Baptiste Comby (maître de conférences en sociologie des médias au sein du Carism, laboratoire de recherche de l’IFP) est financée par l’Agence Nationale de la Recherche et se prolonge jusqu’en 2015 au moins. Enfin, ce travail contribue à l’axe 3 du programme de recherche du Carism « Médias, normes et performances alternatives ». Il permet en effet de mieux comprendre les conditions sociales dans lesquelles les normes du « bon » comportement sont produites