Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Freestyle Année 2- Cahier des lectures – TD sociologie des médias 2022-2023

Freestyle Année 2- Cahier des lectures – TD sociologie des médias 2022-2023

Partager

Ce cahier s’appelle freestyle, et comme lors de la première édition, l’année dernière, il est un effort collectif pour éviter de perdre la trace de nos discussions. Il ne se réclame ni académique, ni journalistique. Les textes réunis ici sont le résultat de notre semestre et n’ont pas d’autre prétention que d’être un appui pédagogique pour la semaine de révision.

Présentation

A chaque semaine, les séances de TD ont commencé par un rituel assez simple : changer la disposition des chaises et des tables. Ce geste répété (et bruyant) avait l’objectif de casser avec la distance et la formalité des salles de cours. Comme rappelle Howard Becker, cette disposition formelle est intellectuellement confortable pour « les étudiants [qui] veulent toujours que l’enseignement leur dise quoi faire, de manière à ce qu’ils soient toujours sûrs de faire la bonne chose – de manière à blâmer l’enseignant s’ils n’obtiennent pas un résultat positif ». Dans le cadre de ce séminaire de lecture, il nous a semblé important de nous regarder, les uns et les autres – dans une horizontalité-circulaire qui cherche à réduire le caractère « hautement hiérarchisé » de la relation étudiants-enseignant. Le fait de « bouger les tables » a mis les élèves en face de l’audience la plus difficile pour eux : leurs propres camarades.

Les étudiants ont accepté de “jouer le jeu” : durant sept semaines consécutives, ils ont lu les textes du corpus et sont venus pour les discuter. Deux règles ont été mises en place : avoir fait une lecture critique du texte et être prêt à le discuter (pas le présenter). L’objectif a été de favoriser « la réflexivité » : on n’adopte pas un désaccord par principe avec les auteurs, mais on s’efforce de comprendre leur manière de travailler, leurs hypothèses et leurs matériaux empiriques. Alors, « être critique » se traduit par un intérêt plutôt aux moyens (les chemins empruntés par le sociologue) qu’aux résultats. Savoir restituer la publication dans son contexte et apporter des éléments externes au texte ont été des compétences indispensables à l’exercice. Les étudiants ont été également invités à articuler leurs propos à des exemples et à des expériences personnelles, toujours en rapport avec le sujet débattu.